L’initiative spatiale du fab lab de Château Thierry

news/linitiative-spatiale-du-fab-lab-de-chateau-thierry-None-illustration.jpg

Article écrit par Antoine Sélosse, Trésorier du Fab Lab Château-Thierry et Membre Actif Open Space Makers

 

Le Fab Lab de Château Thierry est né en 2013 de la volonté d’acteurs publics, industriels et de l’enseignement pour susciter de l’intérêt à la fabrication numérique, créer des vocations, favoriser le partage des connaissances et proposer des solutions de prototypage rapide sur le territoire du sud de l’Aisne. Après une inauguration début 2015 dans un petit local, l’association déménage dans un lieu plus confortable en 2018. C’est cette même année que naît la section Espace du fab lab.

Après une formation réalisée au fab lab et dispensée par Planète Sciences (PlaSci), quatre membres sont agréés à la pratique et l’encadrement d’ateliers ‘microfusées’ fin août 2018. C’est alors que commence l’aventure spatiale : 3 jeunes et 4 adultes sous la supervision d’Antoine. Après un premier trimestre d’initiation et un tir de 8 modèles, l’équipe découvre un autre domaine : l’astromodélisme. L’objectif de ce loisir, encadré par la Fédération Française d’Aéromodélisme (FFAM) et par l’internationale Tripoli Rocket Association (TRA), est d’apprendre à construire des répliques de fusée existantes ou imaginaires à échelle réduite puis de les lancer en sécurité. C’est la rencontre avec Rocketry France, dont Antoine est également membre, et l’ALCEMS, parmi les rares associations françaises à pratiquer ce loisir, qui va ouvrir une deuxième page de la section Espace : aller plus loin, et surtout un encadrement pour les adultes non étudiants, public oublié par PlaSci. La section étudie alors les méthodes préconisées et découvre toute une panoplie de possibilités technologiques… et les limites réglementaires associées.

crezancy2.jpg
Préparation au tir d'un micro-fusée

La troisième rencontre sera celle de la Fédération Open Space Makers. Embêtée sur certaines techniques liées à l’éjection des systèmes de récupération, la section cherche une solution sans dispositif pyrotechnique pour déployer un parachute. Internet renvoie alors la page de la fédération concernant le Séparateur d’étage Electrique (SEE) : nous somme en mars 2019. C’est le début de la structuration de la section espace du fab lab en 3 activités : initiation pour les débutants, techniques avancées pour aller plus loin, et les Open Space Makers pour les adultes souhaitant intégrer une équipe projet plus ambitieuse.

C’est le mélange de ces trois courants qui donne le ton à la section espace de Château Thierry : une inclusion des plus jeunes via l’activité microfusées, l’attrait ludique de l’astromodélisme pour les membres un peu plus avancés et enfin de la recherche open source sur du matériel spatial. Comme tous les fablabs, l’objectif de la section est avant tout de partager des connaissances et des savoir-faire avec ses membres pour qu’ils augmentent leurs compétences : la maîtrise des principaux logiciels de conception (CAO de structures et de circuits imprimés) et des machines de fabrication s’effectue à travers des projets de lanceurs et leurs composantes. Le supplément apporté à ce socle de compétences de base est la science qui entoure la technologie spatiale : mécanique de vol, aérodynamique, matériaux composites, télémétrie, et la mise en œuvre des moteurs autorisés en sécurité. Soutenu par la ville, les tirs sont réalisés sur le complexe sportif en périphérie de la zone urbaine mais avec un plafond limité par la zone d’interdiction de vol des aéronefs (150m en dehors des agglomérations et 300m en agglomération). Chaque Fête de la Science, en octobre, est un prétexte pour faire une initiation gratuite aux enfants osant pousser les portes du fab lab. La section espace agit également en milieu scolaire et 90 microfusées ont été lancées en mai 2019 avec les trois classes de 3ème du collège Saint-Joseph. Et c’est en juin que les Open Space Makers ont lancé la « SAS 1 », vecteur expérimental emportant le séparateur d’étage électrique de première génération (lien vers la vidéo sur Youtube de la préparation et du tir de cette expérience).

Caquerets 2019.jpg
Zone de lancement de mini-fusées

Depuis janvier 2020, le fab lab héberge une antenne de la FOSM : un local réservé à l’intérieur du fab lab pour accueillir les makers curieux ou désireux de s’embarquer dans l’aventure spatiale, mais aussi les réunions de projet et les discussions thématiques. Cette vitrine permanente assure une promotion de l’activité, même lorsque les membres de la section sont au travail. Les lanceurs sont présentés sur des étagères, obligeant le curieux à franchir la porte et à nous questionner. Les moyens du fab lab sont mis à contribution dans la réalisation des pièces des lanceurs : outre les traditionnelles imprimantes FDM ou SLA, le fab lab aligne des machines à commande numérique pour l’usinage d’aluminium et d’acier (tour, fraiseuse), la gravure à l’anglaise des circuits électroniques et une découpeuse laser. Ces équipements, utilisés pour d’autres activités comme la robotique, permettent d’avancer rapidement sur les projets. Il n’aura fallu que trois mois et demi pour concevoir, fabriquer, lancer et analyser le premier SEE.

image11.jpg
Lancement de la minifusée SAS-1 qui a testé la première version du système de séparation d'étage SEE

Les projets de la Fédération actuellement en cours sont le système de récupération guidé par GPS, la suite du développement du SEE et un sous-projet baptisé EMERGENCY qui est une déclinaison du projet SEE et visant à produire un module autonome de récupération de secours. Pour les besoins des essais, le lanceur passe à une autre taille et sera équipé d’un moteur de classe G développant 118 Ns : c’est une étape car ce sera la première mise en œuvre d’un moteur composite rechargeable, au contraire des moteurs de base à poudre noire ‘single use’. Cette montée en compétence de l’équipe se fera en lien avec Rocketry France. C’est aussi un projet en coopération avec l’équipe travaillant sur le projet BCG qui a développé un ordinateur de bord modulaire. La plateforme OSM est d’ailleurs bien adaptée à ces liaisons avec OpenProject.

EQ0jL8IXUAEdg_q.jpeg
Le local Fédération au sein du fab lab
Quel futur pour notre section Espace ?

Nous continuons cette année avec trois projets :

  • la mise en place d’un processus de suivi des compétences des membres sous la forme ‘Open Badge’,
  • la préparation du Level 1 ‘High Power’ avec TRA pour au moins un membre, qui permettra l’acquisition et le tir de fusex avec un moteur jusque 640 Ns,
  • et le rapprochement avec la FFAM, en devenant membre affilié, de manière à pouvoir bénéficier d’un terrain FFAM avec plafond à 600m à proximité de Château Thierry et être assuré pour la pratique ‘High Power’.

N’hésitez pas à vous arrêter au fab lab si d’aventure vous passiez non loin de la ville : nous nous ferons un plaisir de vous recevoir et vous présenter les installations et les projets en cours.

octobre 2018 3.jpg
Des membres de la section Espace du fab lab
retourner à la liste